La folie

Jean-Marie R.


Je méditais mes précieux adages, embrasé, dans l'acier de ma cage.

Quand cette folle reine est revenue, m'accabler par ses délirantes vertus

Aie-je le choix de te partager mon espace? J'te connais, je ne suis pas de ta race.

Nourri d'obscurs desseins gorgés de haine, terrifiant ma logique qui s'égrène.

Grugeant par d’infâmes notions mes valeurs, ta folle religion qui m'apeure.

 

T'infiltres mes plus chers souvenirs, t'accaparant tous mes désirs

Polluant la vérité de mon histoire, t'anéantis ma foi, mes plus grand espoirs,

Tu me lapides de démence, déshumanisant ma vie, avec tant de souffrance.

Pour me comparer tel un animal fantastique à tes fantasmes les plus sataniques

Veux-tu cesser, Reine de la mort, d'associer nos vies, m'imputant tous les torts?

 

Tu t'enfouis dans mes pensées, jouissant de me priver de volonté

T'orgasmes sur mon sort, attendant l'instant pour m'accabler encore

Creusant cette espérance réduite par autant d'angoisses verdicts.

Tu hantes chaque nuit mes visions, les inondant de ta fiction,

M'enflammant de mensonges qui me brûlent et qui me rongent.

 

Où est donc ta victoire, folle Mort? Même si ma panique me mord.

Tu ne veux plus te battre? J'suis pourtant nu, à quatre pattes.

 

Je te dénoncerai, plume de sang à la main,

Je te fouetterai de mille pardons,

Je te combattrai par des hymnes saints,

Je te pourfendrai d'amour et de passion,

Je t'enlacerai de divine bonté,

Je te poursuivrai de paix intérieure,

Je t’enchaînerai de prières exaucées,

Je te vaincrai, ô Folle de nuit, sans désespérer.

 

Jusqu'à ce que la Justice quitte mes pas,

Jusqu'à ce que mon âme s'envole de la prison,

Jusqu'à e que mes yeux se closent sur la lumière du matin,

Jusqu'à ce que mon cœur ne puisse plus dire « j'aime »,

Jusqu'à ce que ma vie se dérobe par le poids de sa vieillesse.

 

Au dernier round de ma misère, à l'heure du Grand mystère

Quand tu penseras avoir gagné, que tu saisiras ma fatalité

Juste avant que la lumière s'éteigne, dans un élan où l'amour règne

En bondissant vers le Divin, d'un geste, je t'arracherai de mon destin

Afin que Lui seul l'emporte au creux de sa main.

 

Concours d'écriture


Dans le cadre de son 40e anniverssaire de fondation, Alter Justice a voulu donner la parole aux personnes incarcérées de l'Établissement de détention de Québec, par la réalisation d'un concours de textes et de dessins qui seront publiés dans le Bulletin AJ et sur le web tout au long de l'année du 40e anniverssaire.

Alter Justice © 2017

Sources: Timber HTML Template