L'heure juste

La criminalité envers les personnes âgées

Dernière mise à jour : 11 septembre 2014

Bon nombre de personnes âges se disent inquiètes d'être victimes  d'une infraction.  Les aînés sont-ils, dans les faits, davantage susceptibles d'être victimes d’un crime ?

VOICI LES FAITS !

Les aînés (65 ans & plus) subissent moins d’infractions contre la personne et d’infractions contre la propriété que l’ensemble de la population. 

« Les aînés sont beaucoup moins susceptibles que les groupes plus jeunes d'être victimes d'un crime avec violence comme des voies de fait, une agression sexuelle ou un vol qualifié. En 2009, on a compté environ 19 incidents violents par tranche de 1 000 aînés, soit la moitié du taux enregistré pour les personnes âgées de 55 à 64 ans (39 pour 1 000) et presque quinze fois moins que le taux du groupe le plus jeune, soit celui des 15 à 24 ans (284 pour 1 000). Ces chiffres révèlent une augmentation relative de la victimisation des aînés par rapport à l'ESG [Enquête sociale générale] de 2004. »
Source : Les aînés en tant que victimes d'actes criminels au Canada

Les crimes violents

Les personnes âgées de 65 ans et plus sont en réalité moins susceptibles que les personnes plus jeunes d’être victimes d’une infraction avec violence.  En 2010 au Québec, les personnes âgées représentaient environ 2 % de toutes les victimes de crimes violents déclarés par la police.

En fait, le risque d’être victime d’un crime violent diminue avec l’âge.  C’est la tranche des 18 à 24 ans qui présente le plus haut risque de victimisation.

Malgré le vieillissement de la population, la proportion des personnes aînées victimes d’infractions contre la personne se maintient autour de 2 % depuis les dix dernières années. 

 « Bien que la maltraitance envers les aînés soit davantage médiatisée et fasse l’objet de campagnes de sensibilisation et de prévention, dans l’ensemble, les crimes de violence à l’endroit des 65 ans et plus sont relativement stables. »
Source : Ministère de la Sécurité publique du Québec.  Violence à l’endroit des aînés au Québec, Statistiques 2010.

Les hommes sont plus souvent victimes

Au Québec en 2010, le taux d’infraction était plus élevé chez les hommes (209 / 100 000 hab.) que chez les femmes (137 / 100 000 hab.).

L’agresseur est connu des victimes

Tout comme l’ensemble des victimes de crimes contre la personne, la majorité des victimes connaissent leur agresseur.  Dans 22 % des cas, il s’agit d’un membre de la famille (enfant, conjoint ou ex-conjoint) et dans 31 % des cas, d’une connaissance.

 

Sources:

Ministère de la Sécurité publique du Québec.  Violence à l’endroit des aînés au Québec, Statistiques 2010, Gouvernement du Québec, 2012.

Gouvernement du Canada. Les aînés en tant que victimes d'actes criminels au Canada, disponible au http://www.semainedesvictimes.gc.ca/res/r54.html.

Mise en ligne : décembre 2010 © Alter Justice